Une psychocriminologue
au Pays du Mont-Blanc

Découvrez le métier de psychocriminologue

dans mon interview pour France 3

Images : France 3 AURA – 8.03.23

J’ai fait le choix de créer ce cabinet pour proposer un espace de prise en charge thérapeutique spécialisé pour toute personne concernée par les violences conjugales, interpersonnelles et spécifiquement les violences intrafamiliales et sexuelles, qu’elle soit victime, auteur.e ou témoin.

Les valeurs qui guident ma pratique

Accompagnement

Mon accompagnement est psycho-socio-judiciaire et donc pluridisciplinaire, pour couvrir le maximum de champs de vie de la personne.

Adaptation

Je m’appuie sur plusieurs méthodes thérapeutiques pour proposer un accompagnement intégratif.

Bienveillance

L’absence de jugement et l’empathie sont des points cruciaux pour toute prise en charge thérapeutique.

Expertise

Inlassablement curieuse et ayant la volonté de perfectionner mes connaissances, la formation continue est essentielle pour moi.

Respect

Il s’agit d’une valeur fondamentale et centrale dans la relation aux autres et dans mes prises en charge.

Mes domaines de compétence

Violences interpersonnelles

Violences conjugales
Violences intrafamiliales
Violences sexuelles
Violences en lien avec une orientation sexuelle, une religion, l’appartenance à une minorité
Harcèlement scolaire, moral, au travail

Soins pénalement ordonnés

Pour les auteur.e.s d’infraction, dans le cadre d’obligation ou d’injonction de soins. Pour les injonctions de soins, complément d’accompagnement d’un.e professionnel.le médical.e nécessaire.

Prévention & formation

Actions de sensibilisation et formations sur mesure en fonction de la demande. Je forme les professionnel.les sur la question des violences conjugales, violences intrafamiliales et violence sexuelles ainsi que sur leurs conséquences

Sphère conjugale & familiale

Soutien aux parents, proches de mineurs victimes ou auteur.e.s d’infractions, délinquance juvénile, difficultés dans le couple

Parcours judiciaire

Préparation à la plainte, audience à venir, accompagnement des victimes et des auteur.e.s, des proches des victimes et des auteur.e.s d’infractions.

Victimologie & Traumatisme

Psycho-traumatisme, vécu de violence (judiciarisée ou non), choc affectif et/ou traumatique. Tout événement qui nécessite un accompagnement spécifique

Les questions que vous vous posez

Êtes-vous capable de m'aider ?

  • Vous avez 15 ans ou plus.
  • Vous êtes une personne qui :
    • Est engagé.e dans un couple violent ou se questionne sur le climat violent potentiel dans son couple
    • A été victime récemment de faits de violence: violence conjugale, violence dans la famille, violence sexuelle, inceste, harcèlement scolaire, etc. et ressentez le besoin d’un accompagnement thérapeutique spécifique.
    • Est engagé.e dans une procédure pouvant nécessiter qu’un accompagnement juridique soit fait en parallèle de l’accompagnement thérapeutique (Attention : mon accompagnement ne se substitue pas à celui d’un avocat) :
      • Procédure pénale (dépôt de plainte, condamnation ou non, etc.).
      • Procédure civile : JAF avec divorce ou garde, Juge pour enfants…
      • Procédure administrative en protection de l’enfance.
  • Vous êtes une personne qui :
    • Est à l’origine de violence dans son couple, sa famille, etc.
    • Est placée sous contrôle judiciaire avec obligation de soin psychologique.
    • Est condamnée dans le cadre d’un sursis probatoire (anciennement sursis avec mise à l’épreuve) avec obligation de soin.
    • Est dans le cadre d’une condamnation à une injonction de soin pour les Auteur.e.s d’Infraction à Caractère Sexuel (AICS) : l’accompagnement doit alors être combiné avec le suivi médical d’un médecin afin répondre au critère de l’injonction de soin.
  • Et si vous êtes :
    • Une personne qui a subi ou a été auteur.e de violence par le passé et qui ressent de le besoin de travailler le sujet pour tendre vers un mieux-être.
    • Une personne sentant qu’un passage à l’acte peut arriver : troubles du désir sexuel, couple dans une période compliqué, violence conjugale, etc.

Aujourd’hui en France, aucun cadre déontologique et légal n’est disponible pour les criminologues formé.e.s.

Cependant j’ai personnellement fait le choix de me conformer au code de déontologie adopté par l’ordre des criminologues du Québec mentionnant plusieurs devoirs et obligations envers les personnes reçues.

Les points principaux auxquels je souhaite me conformer sont les suivants :

  • Autonomie de l’usager
  • Bienveillance et absence de jugement
  • Disponibilité et réactivité
  • Intégrité et objectivité
  • Secret professionnel

Attention, je ne pose pas de diagnostic ! Cette appellation et ce terme sont réservés aux professions réglementées comme les psychologues et/ou les psychiatres.

La criminologie est une science sociale à la frontière entre la psychologie, la sociologie et les sciences juridiques, principalement le droit pénal. L’objet d’étude de la criminologie est le phénomène criminel dans son ensemble. Son but est ainsi d’étudier tous les aspects du phénomène criminel pour ensuite les décrire et les comprendre.


Cette étude approfondie concerne à la fois la nature du comportement criminel, ses causes, sa mise en œuvre et ses conséquences mais va également porter sur l’individu impliqué et son contexte de commission. La personne à l’origine d’un acte délinquant, la personne victime d’un acte délinquant et le contexte de commission de l’acte sont donc trois éléments d’étude principaux, amenant eux-mêmes des sous-disciplines d’étude de la criminologie.

Comme toute science, la criminologie répond à une démarche scientifique claire : l’analyse et l’évaluation d’une situation vise à faire un état des lieux afin de proposer des pistes d’interventions. La démarche criminologique vise également à favoriser la pluridisciplinarité, c’est-à-dire de mêler plusieurs disciplines simultanément pour rendre plus efficientes les analyses, diagnostics et prises en charge.


Plusieurs spécialités existent en criminologie telles que la victimologie, la pénologie (étude des politiques pénales), la criminologie clinique, la criminalité en col blanc, la criminalité organisée, les violences interpersonnelles, les déviances sexuelles etc. Ces spécialités sont par ailleurs enseignées dans les universités canadiennes par exemple.

La psychocriminologie est la partie psychologique de la criminologie qui vise à travailler avec l’individu concerné par le phénomène criminogène, qu’il en soit témoin, victime ou auteur.

Ainsi, la psychocriminologie se concentre tant sur les facteurs criminogènes que les besoins psychosociaux d’un individu, pour ensuite proposer une intervention adaptée à l’individu et au milieu dans lequel la prise en charge intervient.